Zebraska

Je suis très enthousiaste. Le dialogue entre la grand-mère et le petit-fils est une trouvaille magistrale ! Le suspense croissant créé par l'évocation de la "Grande Bascule" maintient et relance l'attention à point nommé. Je ne saurais assez insister sur l'élégance de la langue, le bonheur des formules, mais aussi la densité des personnages: ils prennent corps progressivement et deviennent réellement attachants. Il s'agit là, selon moi, d'un roman d'une grande qualité littéraire.
Pierre Hazette

C’est drôle, plaisant à lire et tendu jusqu’à la fin !
V.

J’ai adoré ce roman. Je suis certaine qu’il touchera un très grand public…
L.

J’ai beaucoup pleuré pendant cette lecture, tant le sujet était traité avec justesse et émotion.
M.

J’ai adoré ce livre. D’abord, c’est une magnifique étude sociologique, en plus, je l’ai trouvé drôle et attendrissant. J’en suis encore toute imprégnée. J’ai passé un super moment.

Ce roman reflète à merveille un ressenti personnel et cela m’a énormément plu. Puis, quelle imagination !
R.

Terminé Zebraska ou plutôt ... dévoré Zebraska ! Prenant, touchant, plein d'humour et j'ai appris plein de choses … En tant que parent on ne peut qu'être touché. Merci pour la belle histoire!
A.

Je suis plongée dans ton livre Isabelle, J'ADORE, je me délecte, quel talent d'écriture tu as c'est incroyable, je me prends des fous-rires toute seule.
S.

Très émouvant! J’ai plongé dans l’histoire…sans (chercher à) connaitre au juste les limites de la réalité et du roman.

L’histoire est belle. Les émotions passent … Mais avec l’amour qui est le moteur et la force de cette maman on sent tout au long du livre qu’elle va se battre pour trouver les mots et les gestes qui guideront son zébron.

J’ai aimé le mélange des époques, des générations, du réel et de la fiction.

Bravo à l’écrivaine accomplie et à la super maman.
A.

J 'aime ta façon de dire .... tout est si fluide. J'arrive toujours à y sentir un souffle d 'air frais
A.

Votre Zebraska m'a plu, touchée, émue.
J'ai démarré ma lecture de manière très intellectuelle, puis, vous m'avez aidée à abandonner mes vieux réflexes universitaires... en parlant à mon hypersensibilité (vous savez, celle-là même que vous décrivez si bien!).
Si vous m'avez fait remonter à la surface à 2 ou 3 reprises cette lourde sensation de boule dans la gorge, je pourrais vous en vouloir un tantinet... Mais vous m'avez aussi beaucoup fait rire... de tout ce dont je suis capable de rire, aujourd'hui, tout au moins.
E.

J'ai lu Zebraska il y a une semaine et j'en tremble encore. Je le rouvre et je relis des passages et j'en suis chamboulée. Les pages que j'ai lues et relues, ce sont les pages 51 et 52, avec la description donnée d'un enfant à haut potentiel. Cette description, c’est ma fille !

Merci d'avoir si bien parlé d'une différence mal comprise.

Merci de nous avoir montré qu'il était temps d'agir pour l’aider.
Merci en tant que mère. Lire la difficulté d'une autre mère a été révélateur. Voir cette souffrance chez d'autres… Ces mots ont été intenses, importants. Comme un soulagement, lire entre les mots que c'est « normal » d'être dépassée.
Zebraska est pour moi une révélation.
Ah, et qui ne gâche rien, il est assorti d'une très belle écriture, comme toujours!
L.

Magistral dans son rythme, sa puissance descriptrice et sa construction, j'ai littéralement dévoré Zebraska.
Il m'a bouleversée, m'a ouvert les yeux … Merci !
J.

J'ai dévoré votre livre Zebraska ! Merci à vous pour ces moments "divins" que j'ai passé à lire votre création
M.

Je tenais à vous remercier de m'avoir fait découvrir ce roman.
Je suis passée au travers de cette lecture par de nombreux états d'esprit et émotions mêlées :

  • De la découverte (pourquoi les mouches tournent autour d'une ampoule !)
  • Des questionnements
  • Des sourires
  • De l'intensité ( l'impression de ressentir et vivre les ambiances de colère et de frustration)
  • Des insomnies (les neurones en ébullition...)
  • Des évidences
  • Des confirmations (mon fils est bel et bien de "ceux-là" !)
  • Des désillusions
  • De l'espoir
  • Et... Une révélation... Je suis Mamiléa... Je suis sans doute une maman zèbre ! Tout s'éclaire alors !...

Bref tout cela pour vous dire que j'ai fait un grand pas en avant (et pris une bonne claque en même temps !!!). Dorénavant A chaque ouragan à la maison je tente de "penser" Zebraska...


Voici l'image que je retiens de ce livre fabuleux : la vie est un immeuble avec de nombreux étages et portes - de nombreuses portes donnent directement sur un mur gris et dur, quelques-unes donnent sur quelques mètres carré de ciel bleu et de douceur pour hurler puis respirer et finalement s'apaiser - et une seule donne sur le chemin qui donne un sens à sa vie.

Merci pour ce beau livre !
Dès le début, l’idée m’a semblé excellente. Les premiers chapitres m’ont paru rudes. Certains passages m’ont beaucoup touché. Je souriais en y retrouvant mon fils. J’ai adoré les derniers chapitres pleins d’espoir et tellement proches de mes intuitions.
Vous êtes magnifiquement arrivée à décrire notre époque, notre façon d’être avec nos enfants et la manière dont ils réagissent. Mon fils étant encore trop jeune pour le lire, je lui ai raconté certains passages. Nous avons beaucoup ri et il a pu se raconter.
B.

Votre bouquin est réjouissant, Merci !
M.

J’ai été captivée par votre dernier livre. Merci !
C.

C'est exact, tout est si exact. Je me devais de vous remercier de la poignante justesse avec laquelle vous nous décrivez, nous les HP ! Nous sommes l'inconnu et vous, dans Zebraska, vous nous percez a jour, vous nous montrez au monde. Ce livre est une bouffée d’oxygène. C'est surtout de l'espoir, Merci.
PS

Ce petit mot pour vous remercier du voyage en Zebraska. Je sens que, depuis cette lecture, ma vie a changé… enfin… Merci

C.

J’ai commencé à lire vos mots, à découvrir votre plume. Et tout de suite votre main m’a tenu le pouce. Tout de suite, j’ai été là, dans vos mots. Je viens de terminer votre premier chapitre. Je pose le livre sur mon visage et je hume vos mots, cette odeur de zèbre. Je sens l’encre et cette forme de caractère, cette typo qui s’imprime en moi. J’entends les mots qui font leur cheminement et je goûte chacun d’eux, pas à pas. Je ferme les yeux et je touche doucement, délicatement les pages. C’est bon de vous lire. Bon comme un lever de jour où la couleur d’automne, cet or rouge, se glisse à travers la fenêtre. C’est bon comme une douceur, une main qui se glisse dans la main voisine sans rien dire, en silence, juste la présence et le fait de savoir que sans le dire on se comprend, on le sait que ces mots lus m’ont atteint.

Votre écriture est palpable, sensible, zébrée. Merci. Merci très sincèrement.

R.

J'ai eu 4 x les larmes aux bords des yeux durant votre conférence et j'ai bien ri aussi, merci !

M.

Bravo pour votre roman. Je vous avoue avoir été septique, j’avais peur d’un autre livre pseudo scientifique ! Mais j’ai découvert un livre attachant, bouleversant et dans lequel je me suis sentie moins seule face à cette situation.
N.

Tantôt tendre, tantôt violente, tantôt drôle et tantôt grave, l’histoire de Thomas est magnifiquement bien racontée.
J’ai déjà lu des tas de livres sur le sujet, mais celui-ci, pourtant romancé, fait partie des meilleurs à mes yeux.
G.

Très bien écrit : on peut largement s’identifier à « Mamiléa ». Pour une fois, et même s’il s’agit d’une fiction, j’ai lu un livre sur les HP qui relatait aussi et surtout le ressenti des parents.

Personnellement, en tant que maman, j’ai vécu la plupart des situations décrites dans ce livre, testé moi aussi un tas de « trucs », me suis beaucoup remise en question... à la lecture de ce livre, je me rends compte qu’en fait je ne suis certainement pas la seule et ça déculpabilise cette « impuissance » que l’on peut parfois ressentir face à nos petites tornades !
I.

J’ai adoré ce livre, je travaille avec ce public depuis 15 ans et je peux vous dire que cela est en tout point en lien avec les familles que j’ai pu rencontrer. Je le conseille fortement aux personnes qui cherchent un autre regard sur cette problématique. Ça change d’autres auteurs plus médiatiques !!!!!!! Néanmoins, quelqu’un qui lira ce livre en faisant fi de ses émotions et sans un minimum d’introspection n’y comprendra pas grand-chose.
T.

Des mots justes, des émotions intenses, voire même des révélations sur soi. Une écriture qui fourmille, qui fait réfléchir et comprendre. Une écriture qui donne l’espoir et l’envie de trouver la clé de la porte menant au chemin qui donne un sens à la vie de son enfant. Bref à lire sans hésitation pour découvrir le fonctionnement à la fois passionnant et déroutant d’un HP.
C.

Une œuvre de fiction sur les enfants (et les parents d’enfants) HP... J’ai déjà pas mal de réserves sur la littérature informative sur le sujet. Autant dire que j’ai entamé la lecture de ce roman pour faire plaisir à la grand-mère de mes zèbres. À reculons et avec des préjugés gros comme une maison.

Mais, non ! Isabelle Bary réussit la prouesse de « rendre » sans lourdeur ni caricature le vécu, les interrogations d’une maman qui cherche tous azimuts le mode d’emploi de son fils HP, jusqu’à le trouver, ce mode d’emploi... en elle ! Ben oui ! « Les chiens ne font pas des chats... »

Lecture divertissante (que c’est bon de rire de soi !) et édifiante (pas de recette magique à la noix, mais on y voit quand même plus clair et on y puise de quoi s’accrocher jusqu’à ce qu’adolescence se passe). Un petit bémol pour les passages écrits par l’un des personnages de zébron, adolescent : j’y ai moins cru, mais... il faudrait que je crée les conditions pour que ce livre atterrisse l’air de rien entre les pattes de mes enfants puis que j’en discute avec eux. Peut-être s’y reconnaîtront-ils tout aussi fort ? À suivre, censément...
A.

J’ai aimé Zebraska : ça m’a plu, et même ça m’a touché.

J’ai trouvé l’intrigue sympa, l’aller-retour entre la place des zèbres dans la société en 2010 et 2050 intéressante : bref, c’est un roman !

Mais surtout, émotionnellement, ça vient toucher la corde sensible du « déjà vécu » : franchement, ce livre est un livre pour parents d’enfants surdoués !
A.

Je me suis reconnue dans beaucoup de situations de ce livre. J’ai trouvé justes les émotions qu’il a refait naître chez moi. J’ai eu l’espoir que, lisant ce livre, des personnes extérieures au sujet puissent « vivre » ou en tous cas comprendre un peu mieux l’intensité de petits bouts de mon quotidien : les crises, les questions sans réponses, le désarroi devant le désespoir de mes enfants. Quand j’en parlais les gens me répondaient souvent, ah oui, mon fils aussi ou c’est normal, c’est pareil chez tous les enfants… Les gens qui me regardent en pensant que décidément mes enfants sont vraiment mal élevés. Certains même ne se gênent pas pour me le dire ! S’ils savaient ! Peut-être avec ce livre... Zébraska m’a replongée dans mon quotidien en me donnant de l’espoir : celui d’y arriver malgré tout, d’être comprise par ceux qui ne connaissent pas le sujet et surtout, surtout, l’espoir d’une meilleure intégration, d’un système mieux adapté pour mes zèbres, et cela ce n’est pas rien ! Merci Madame Bary.
B.

J’ai été embarquée vers Zebraska. Dévoré dans la soirée ! Mamilea… c’est moi aussi, c’est nous, les mamans de HP. Et après 2 jours et 2 nuits de tourments à me dire que je n’étais qu’au début du long voyage qui nous attend… que ça m’a fait du bien de voir que je ne suis pas seule dans ma souffrance, que mes enfants sont « normaux », juste HP, et que mes ressentis le sont également. J’ai beaucoup aimé malgré la violence des mots, la violence des émotions de Mamiléa.
F.

J’ai lu en une soirée cette fiction qui pointe avec justesse le quotidien des HP et leur famille. Belle histoire pleine d’humour, de sensibilité et au niveau de la forme, quel rythme, quelle belle construction. Grand merci à Isabelle Bary pour ce roman !
R.

Merci pour cette douce et riante lecture, pour cette générosité à chaque page cette tendresse à chaque mot…
S

J’aime le sujet bien sûr, mais surtout la façon dont vous le traitez, comme un prétexte pour parler du rôle de mère ou de parent, pour parler de l’essence d’une vie, de la puissance d’écrire, du mystère de notre avenir, des liens père-fils, d’amitiés ou simplement humains. C’est un livre qui me fait du bien…
O

Dans Zebraska, vous pointez mon quotidien et l’enfant H.P. que vous décrivez…c’est le mien.
J’ai un petit zébron. Cette situation a déjà fortement miné mon quotidien et ma santé par sa singularité, mon incompétence et le regard non tolérant d’autrui, même des proches. Votre livre m’a émue aux larmes …
K

Je n’ai pas d’enfants HP et je n’ai aucune raison de m’identifier au désarroi de la grand-mère qui transmet ses histoires à son petit-fils.
Et pourtant ce livre m’a touché.
Si l’histoire est très aboutie et le suspense entretenu jusqu’à la dernière page, c’est surtout le style qui m’a plu.
Les 2 époques entremêlées et les échanges permanents entre les 2 générations m’ont fait penser à la structure des nouvelles de Stefan Sweig avec ces récits enchâssés.
Bref, j’ai beaucoup aimé: les définitions du verbe aimer, la manière dont les personnages sont parfois incapables de se contrôler ou bloqués sur un mot, un détail …
J’ai passé un bon moment en compagnie de ces héros.
L

Un grand merci pour votre livre dévoré ce week-end! Un livre qui fait du bien aux mamans de petit zèbre! Enfin un peu de compréhension … Mais non, nous ne sommes pas de mauvaises mères, réconfortant… encourageant…
V

Je l’ai tellement aimé que je l’ai lu deux fois !
A

Bravo pour votre roman !
On s’y retrouve tellement et on y reconnait tant de témoignages de proches dans cette même dynamique !
Et quel souffle d’optimisme !
Et que vivent les utopistes ! C’est génial !
A

J’ai beaucoup aimé. La façon de parler de cet état supra-sensible est fine et précise. Et aussi, j’ai trouvé intelligent l’entremêlement des deux histoires, ça crée un bon rythme. J’ai versé pas mal de larmes ! Longue vie à Zebraska  !
*V

La mécanique du livre est géniale, j’aime ce dialogue entre générations
C

Je laisse Zebraska se distiller avec délectation ! Je m’y retrouve, et qu’est-ce que ça fait du bien ! Je suis tombée en amour de votre plume, magnifique, sensible, brillante. Merci
P

J’ai fini votre livre cette nuit et n’en sors pas indemne ? il y atout ce que j’aime dans cette écriture sensible et intelligente, et lorsque l’histoire s’achève, je me sens à la fois vide et remplie de quelque chose d’indéfinissable… Merci Isabelle Bary pour cette pépite.
P

Zebraska m’a fait voyager, rire, pleurer, réfléchir , je le relirai…
V

J’ai retrouvé cette écriture pleine d’humour et de lucidité qui me semble être une de ses caractéristiques et vous permet d’habiller de légèreté des choses graves ou difficiles. Elle laisse aussi sa place à l’émotion, de sorte qu’elle peint fidèlement la vie telle qu’elle est, avec les cahots de ses chemins souvent tortueux mais qui dévoilent un vrai cheminement, c’est-à-dire un sens justement, une direction, une fois qu’on se retourne sur le paysage parcouru.

J’ai été frappé par la tendresse qui a guidé votre plume dans ce récit. La tendresse de Mamiléa est la vôtre, c’est elle qui sauve… Sans elle, pas d’issue possible.

Et j’aimerais partager l’optimisme de la fin du livre. Les hommes seront-ils un jour capables de s’arrêter pour écouter la différence, cette différence dont vous écrivez en une splendide formule qu’elle “est la seule énergie renouvelable de la nature humaine” (p. 204) ?

Merci pour ce beau livre  !
L

J’ai dernièrement lu Zebraska et ce livre m’a bouleversé. Zebraska a provoqué en moi un feu d’artifice d’émotions. Et que dire de votre plume ! Chaque mot a sa place, chaque phrase se faufile les unes après les autres pour créer ce roman plein d’espoir et d’intelligence.
AC

Je viens de terminer Zebraska que j’ai lu d’un seul trait et je vous remercie de l’avoir écrit. Merci d’avoir donné de l’espoir qu’on va s’en sortir et bon vent à vous.
T

Je pense à vous, a votre force, a votre visage si lumineux et souriant, pour rester positive et me dire qu’un jour aussi mon fils ira bien et qu’on sortira de ce chaos. Je vous félicite pour votre superbe livre et vous remercie de l’avoir écrit, d’avoir partagé votre expérience.
M

J’ai adoré Zebraska. Nous avions parlé de la difficulté d’être authentique face à la théorie qui traite d’un sujet. Pour le coup, nous (les lecteurs) ne percevons pas une once de théorie dans votre récit. Tout est traité avec beaucoup de vraisemblance. Vos propos parlent au cœur et non à l’intellect. À plusieurs reprises, j’aurais pu faire un copier/coller, changer les prénoms et l’envoyer à ma sœur. Elle aurait cru que je l’avais cernée?! Je vous remercie pour les mots que vous avez posés sur des maux incompris et refoulés. Outre, l’histoire qui est menée de main de maître, je voulais aussi vous féliciter pour votre écriture vive, fluide et solide. Le ton sonne juste. J’ai adoré votre ode à la lecture. Étant écrivaine moi-même, je reconnais la pleine valeur de votre ouvrage.
T

Maman de « zèbrettes », j’ai plongé corps et âme dans Zebraska. Je suis passée par toutes les couleurs de l’arc-en-ciel des sentiments… j’ai ri, j’ai pleuré, j’ai lu, relu, rerelu certains passages et je les relirai encore quand parfois le quotidien semble si compliqué et que l’envie de baisser les bras s’empare de moi. Vraiment merci beaucoup pour ce magnifique témoignage si criant de vérité et de sincérité. Nous avons une (re) belle ado de 14 ans et une diablesse de Tazmanie de 11 ans qui illuminent/survitaminent/speedent notre quotidien et on ne sait jamais le matin comment la journée se terminera :-) Chaque jour nous réserve son lot de surprises et depuis la lecture du livre, j’arrive à sourire sincèrement aux personnes si bien intentionnées qui nous bassinent de « oui mais vous, vous avez facile »... Un jour, je ferai lire ce livre à mes filles, histoire qu’elles se rendent compte à quel point elles sont exceptionnelles. Merci, merci, merci
D

J’ai lu Zebraska avec ferveur. D’abord parce que je suis maman d’un zèbre de 14 ans et demi et que je l’ai tellement retrouvé dans ce magnifique portrait et ensuite parce que rarement un livre m’aura tant parlé... Ce livre m’a beaucoup fait réfléchir et au-delà du plaisir de l’histoire, il a résonné (raisonné?!). Un immense merci pour ces beaux moments de lecture que je vais chaleureusement recommander à pleins de lecteurs et lectrices qui cherchent un bon livre à dévorer.
A